Antilope aux pays des livres

A great WordPress.com site

Même les bourreaux ont une âme

J’ai d’abord offert ce livre à ma maman, puis comme souvent je l’ai pris à mon tour pour le lire, et je n’ai vraiment pas regretté d’avoir ouvert ce livre.

Même les bourreaux ont une âme, de Maïti Girtanner

Quatrième de couverture :

 » Je suis à Paris, je voudrais vous voir. »

L’homme parlait en allemand. Je reconnus sa voix aussitôt. Nous étions en 1984 et je l’avais pourtant entendue pour la dernière fois quarante ans plus tôt, en février 1944. Mais il n’y avait aucun doute, c’était lui : Léo, un médecin allemand de la Gestapo qui m’avait retenue enfermé durant plusieurs mois, pendant la seconde Guerre mondiale.

Ses traitements sévères m’avaient presque laissée pour morte, enfermant mon corps dans une résille de douleur dont, aujourd’hui encore, je reste prisonnière.

Léo à Paris. Mon bourreau à ma porte. Que me voulait-il ?

Le choc de sa voix réveilla en une fraction de seconde un passé dont je pensais avoir tourné la page. J’eus l’impression que la maison s’écroulait sur ma tête. Je me revis jeune fille de dix-huit ans poussée par les circonstances à entrer en Résistance.

Mon avis :

Cette histoire est bouleversante, sa biographie est riche en souvenir, captivante, nous partageons à travers ces lignes une page de l’histoire pas rose, mais qui pourtant n’est pas si éloigné de nous que ça.  Cette femme au courage extraordinaire, comme bon nombre en cette période de Guerre, ne peux que susciter de l’admiration. Cette Histoire c’est une formidable leçon de courage.

 Il y a aussi la rencontre 40 ans après avec son bourreau. Comment cette femme peut-elle se décider à revoir l’homme qui lui a fait tellement de mal, je me suis posée énormément de questions suite à ça,  est-ce que nous en serions capable ? Je ne sait pas comment nous réagirions, pardonnerions nous, ou aurions nous une envie de vengeance face à toute la haine que cette homme nous inspirerait ! Et pour comprendre pourquoi elle le pardonne il faut lire son histoire, mais elle dit bien dans sa biographie que le fait de pardonner ce n’est pas oublier,

La vie de cette femme, Maïti Girtanner à été plus que bouleversée, dû aux actes de barbarie qu’elle à subit, elle a du renoncer à son rêve de devenir pianiste, alors qu’elle avait devant-elle une carrière prometteuse. Malgré tout je n’arrive pas à comprendre comment elle à réussit à lui pardonner, car une fois la guerre terminé cet homme à vécu normalement, comme si rien de tout cela n’avait existé, alors que Maïti était meurtri à tout jamais. Et que plus jamais sa vie serait pareille qu’avant.

Ce qui à sauvé Maïti c’est sa foi, elle l’a aidée a surmonter cette dure épreuve, à pardonner aussi et à mener durant la guerre son combat de femme Résistante. Et si cette femme à pu pardonner je pense que nous le pouvons tous.

Informations :

Titre : Même les bourreaux ont une âme

Auteure : Maïti Girtanner

en collaboration avec Guillaume Tabard

Editeur : CLD éditions

Prix : 20€

Nombre de page : 203

Publicités

Navigation dans un article

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :