Antilope aux pays des livres

A great WordPress.com site

Cent cinquante pulsations

Je voulais depuis un moment déjà lire le livre de Laurent Boyet, cent cinquante pulsations, ce qui me retenait c’est le format numérique, lui préférant le papier.

Puis je me suis inscrite au challenge ABC de livraddict et pour la lettre B je ne pouvais pas choisir un autre auteur.

Cent cinquante pulsations :

Image

Quatrième de couverture :

Tout aurait pu sourire à Watson Epps, instituteur noir, sans histoire et bien élevé, en poste à Clarksville, dans le comté de Red River, au Texas. Pourtant, à Huntsville, Watson Epps est dans le centre d’exécution des condamnés à mort, Ellis Unit. Dans quelques minutes, il va mourir par injection létale. De sa cellule au fauteuil où la mort doit venir le cueillir, il revient 18 ans en arrière, à ce jour où il est devenu l’assassin du sheriff de Clarksville, Doug Brooks.

Eileen Brooks est quant à elle coincée dans une voiture, quelque part entre Chicago et Huntsville. Elle accompagne son fils, Justin, qui attend depuis 18 ans que justice soit faite et que l’assassin de son héros de père ait enfin ce qu’il mérite. Ne pouvant plus se dérober, ni se cacher dans la fuite ou dans l’alcool, Eileen doit répondre aux questions de son fils, revenir à son tour 18 ans en arrière pour tenter d’expliquer à Justin qui était vraiment son père et pourquoi, comment il est mort.

Au rythme de son cœur qui s’emballe à l’approche de la mort, et sur fond d’une très belle histoire d’amour, Watson Epps nous plonge dans une Amérique surannée, mais pourtant pas si lointaine, celle de Reagan, de la ségrégation qui persiste, du racisme, celle des coins perdus du Texas.

Au fil des kilomètres, des grandes villes américaines traversées, Eileen livre enfin sa vérité, celle où, au Texas, les hommes (blancs de préférence) sont plus forts qu’ailleurs.

Lorsque le roman commence, Watson Epps en est déjà à 150 pulsations. Eileen et Justin sont sur la Route 61, dans le Missouri, à 10 heures de l’exécution…

Mon avis :

Bien que le livre soit court, environ 160 pages il sait nous captiver du début à la fin, et l’intrigue est rondement menée.

Je me suis très vite attachée au personnage de Watson Epps, Afro-Américain condamné à mort et ayant passé 18 ans dans le couloir de la mort, le début du livre nous emmène du couloir au lieu d’exécution, cent cinquante pulsations ce sont les battements du cœur de Watson Epps qui battent encore, mais plus pour longtemps. Sa malchance être né noir dans une américaine raciste, et tombé amoureux de la mauvaise personne,  Eileen.

 Elle, C’est une personne malheureuse, ayant fait un mauvais choix au départ de sa vie, subissant son sort de femme battue, paralysée par la peur d’un mari Sheriff, tyranique et au dessus de tout soupçons, supportant les coups pour son fils Justin. Celui avec qui 18 ans plus tard, jour de l’exécution, elle parcourt un long pèlerinage qui les ramènes sur les traces du passé, de la mort du père de Justin, et des causes réelles de ce drame.

Eileen se confie donc à son fils, dévoilant les grands secrets du drame qui s’est joué 18 ans plus tôt.

J’ai eu de la rancœur envers Eileen, puisqu’elle ne fait rien, absolument rien pour essayer de sauver Watson, au départ elle a essayé bien sur mais elle à vite baissé les bras, et 18 ans après alors que l’injection létale va être administrée à cet homme qu’elle a tant aimé et qu’elle aime encore, elle ne fait rien, pour ne pas briser le secret qu’elle avait avec Watson et pour protéger son fils, mais c’est là que j’ai du mal, à l’époque Justin n’avait que 7 ans et 18 ans sont passés, il a agit sous le coup d’une impulsion pour sauver la vie de sa mère, il ne risquerait rien, il était trop jeune au moment des faits.

La route est bien longue et en même temps si courte pour ce face à face entre cette mère et ce fils, mot violent, mot choc, mais tellement nécessaire à une compréhension du passé.

La fin quant à elle est bien prévisible, mais on l’espère tellement différente, jusqu’à la fin j’ai espéré mais espéré ne m’aura servie à rien, cette histoire bien que fictive est aussi l’histoire de nombreux hommes qui attendent ou ont attendus dans les couloirs de la mort.

Beaucoup d’émotions, et une très belle histoire d’amour, qui vous serre les tripes et ne vous quittes pas.

On suit également l’auteur qui parcours les Etats-Unis en bus, on devine que c’est lui même si ce n’est nul part réellement précisé, il nous conte une Amérique pas si vieille que ca et pourtant à des années lumières de notre époque et de nos mœurs.

Merci Laurent pour cette magnifique histoire, en attendant un nouveau projet qui j’espère verra le jour.

ImageInformations :

Titre : Cent cinquante pulsations

Auteur : Laurent Boyet

Editeur : numeriklire.net

Nombre de pages : 160

Genre : Policier

Prix : 4€99

Image

Publicités

Navigation dans un article

Une réflexion sur “Cent cinquante pulsations

  1. Tu nous donne envie de le lire

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :